Lorsqu’on pratique le yoga, il est important de trouver sa zone de confort, de connaître l’alignement des postures et surtout de respecter les limites de son corps. Notre société souvent en surconsommation nous amène à vivre à un rythme beaucoup plus accéléré que celui de notre corps et de son biorythme. Lorsque notre contexte de travail est à un rythme accéléré et principalement propulsé par des motivations comme la performance, le dépassement de soi, la compétition et la vitesse, celles-ci se refléteront dans notre approche pendant notre pratique de yoga. C’est avec ces motivations qu’une séance de yoga peut devenir « toxique » pour quelqu’un, car elle ressemble davantage à un entraînement au gym ou à un sport de compétition. C’est à ce moment qu’il devient possible de se blesser en faisant du yoga, en voulant aller plus loin dans une posture sans que le corps soit prêt ni écouté dans ses limites.

Comme nous le savons, le yoga est une pratique qui a pour but de ralentir le rythme, de se connecter à notre corps et à notre être, et de reprendre conscience de notre respiration à travers des techniques comme la méditation, les asanas et d’autres exercices. Le yoga nous amène à une découverte de soi, à reconnaître nos émotions, nos blocages et nos perceptions sans être influencé ni illusionné par l’extérieur. Lorsque la pratique du yoga devient abusive, excessive et sans conscience des postures et de l’alignement, ceci peut provoquer autant des blessures que de la douleur chronique.

Lorsqu’on pratique le yoga, il est important de trouver sa zone de confort, de connaître l’alignement des postures et surtout de respecter les limites de son corps.

Les blessures peuvent être nombreuses et toucher n’importe quelles parties du corps, comme les épaules, les poignets, les cervicales (cou), les lombaires, etc. Les sources les plus courantes de blessures sont précisément l’ego et le dépassement de ses propres limites. Rappelez-vous qu’en yoga, on cherche notre zone de confort. Lorsqu’on se place dans une posture, on devrait ressentir des étirements et un travail musculaire, auxquels on ajoute une respiration lente et profonde qui nous connecte à notre corps et ouvre notre attention. Le yoga implique donc le corps et l’esprit. Il demande d’observer et d’être attentif à ce qui se passe durant une posture et de se laisser guider par notre corps, et non de le forcer en place. Lorsqu’une posture est bien mise et que le corps est confortable dans celle-ci, les bienfaits sont immédiats: les muscles peuvent relâcher, le mouvement de la respiration masse les organes, oxygène les tissus et calme le système nerveux, les articulations s’alignent et c’est tout le corps qui est heureux et qui en bénéficie!

Aussi, cette pratique date de plus de 5 000 ans et a été conçue dans un pays à une époque où les gens développaient dès leur jeune âge tous les muscles nécessaires à accomplir les postures. De nos jours, nous passons une bonne partie de notre journée assis, sans toujours avoir un bon alignement du dos et nous avons des fauteuils mous, qui atrophient les muscles du dos, contrairement à ceux qui ont un style de vie qui demande à être plus souvent accroupi dans les tâches et activités du quotidien. N’oubliez pas aussi qu’il y a des accessoires de yoga pour permettre à chaque personne et chaque corps de s’ajuster et de trouver sa posture. Laissez l’ego dans vos souliers en arrivant au studio… 🙂 déroulez votre tapis et mettez de la douceur, de l’écoute et de l’amour dans chacune des postures.

 

Voici quelques conseils pour éviter les blessures en yoga.

 

1. Choisir un professeur compétent

Choisissez un cours avec un professeur qui est présent, à l’écoute des participants et compétent dans sa formation. Choisissez un enseignant qui va vers l’élève et qui répond aux questions. N’hésitez surtout pas à poser des questions, même durant une classe où personne ne parle. C’est tout à fait normal durant un cours de yoga de se laisser aller dans ses pensées et de ne pas entendre les instructions. Le piège est de regarder la personne à côté et de tenter de l’imiter pour se rattraper. Ce qui m’amène à mon deuxième conseil…

 

2. Éviter d’imiter qui que ce soit

N’imitez pas votre voisin ou voisine de tapis, ni le ou la professeur! Soyez à l’écoute de votre corps et donnez-lui de la douceur. Chaque corps est différent et possède une souplesse et une morphologie différente. J’ajouterais même que chez la plupart des individus, il y a un côté qui est plus souple que l’autre… par exemple, la posture que vous faisiez du côté droit ne sera peut-être pas la même du côté gauche. Soyez à l’écoute de votre corps, prenez le temps d’exécuter les bonnes étapes qui mènent à l’alignement d’une posture. Et n’hésitez pas à demander de l’aide au professeur. Un bon professeur ira vers vous pour vous aider à faire les bons ajustements et vous conseillera un accessoire au besoin. Dans le même sujet, n’essayez pas d’imiter des séquences de yoga dans des vidéos sur Internet ou encore la photo d’une posture sur Instagram. Si vous voulez essayer une certaine posture, faites une recherche sur celle-ci, vérifiez le niveau et, surtout, suivez les étapes d’alignement.

 

3. Opter pour un petit groupe

Si vous êtes débutant ou souffrez de douleur quelconque, évitez les gros groupes de plus de 20 personnes, car ceux-ci ne permettent pas au professeur d’être à l’écoute complète de ses élèves. Vous pouvez aussi aller voir le professeur en début de cours et lui expliquer que vous en êtes à vos débuts ou que vous avez des préoccupations par rapport à une blessure.

 

4. Oublier la compétition

Laissez votre ego à la porte ou dans vos souliers! Vous vous connaissez… Êtes-vous compétitif ou voulez-vous réussir du premier coup? Faites attention de ne pas tomber dans le piège de vouloir réussir une posture comme les autres le font dans le groupe. Imaginez que votre tapis est votre petite île à vous et que tout ce qui se passe sur votre tapis vous appartient. Évitez de vous comparer aux autres, car dès qu’on dépasse cette limite, on entre dans une posture susceptible de causer des blessures et on se déconnecte de l’écoute de soi.

Imaginez que votre tapis est votre petite île à vous et que tout ce qui se passe sur votre tapis vous appartient.

5. Bien se préparer avant le cours

Dernier conseil, si vous arrivez une dizaine de minutes avant un cours, allez vous coucher sur votre tapis et prenez le temps de vous échauffer. Dans certains cours, le professeur passe rapidement cette étape. Prenez aussi le temps de faire un scan de votre corps soit au niveau des hanches, des épaules, du cou et du dos afin d’identifier les niveaux de tensions.

 

En terminant, j’aimerais vous dire simplement que le yoga est une pratique à la non-violence, autant dans nos rapports avec les autres que dans la relation que nous avons avec nous-mêmes. Chaque corps à une morphologie différente et il n’y a aucun modèle parfait. Essayez d’accueillir qui vous êtes et de vous accepter tel que vous êtes. Tout le monde fait des erreurs et elles font partie de l’apprentissage. Soyez doux avec vous-même et donnez-vous la chance d’être ce que vous êtes, sans chercher chez l’autre ce que vous voudriez être. Respirez, prenez votre temps, explorez et ressentez.

Namasté!

 


veronic_briand_retraites_de_yoga_collaboratrice

Véronic Briand

Professeure de yoga certifiée et massothérapeute
Veronicb.com

Liste voyage GRATUITE!

Pour ne rien oublier lors de votre prochaine retraite de yoga.

Merci! Consultez votre boîte courriel pour télécharger votre liste voyage.